logo pharmelia
P
U
B
N°36 - juin 2006 > PHYTOMELIA

Les vertus méconnues de la camomille matricaire

Plante bien connue des amateurs d’infusion, les vertus médicinales de la camomille matricaire sont par contre beaucoup trop souvent ignorées. Elle est pourtant très efficace contre les troubles digestifs, la tension nerveuse et les allergies.

Une plante d’été

Originaire d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient, la camomille matricaire (également appelée camomille allemande ou sauvage) est désormais répandue dans presque toute l’Europe et colonise volontiers les terrains à l’abandon ainsi que les champs non traités.

Espèce sauvage ou cultivée, la camomille est récoltée en été, en pleine floraison. Elle doit son nom au grec chamos (car elle pousse près du sol) et melos (car ses fleurs ont un parfum proche de celui de la pomme).

De son nom botanique Matricaria recutita L. ou Matricaria chamomilla L. (matri provient du latin « mère » qui rappelle qu’elle possède des propriétés contre les maladies touchant les femmes), la camomille matricaire est de la famille des astéracées dont les fleurs sont des capitules au réceptacle fortement bombé.

Une plante sacrée

Très utilisée en infusion (on estime qu’il se boit dans le monde chaque jour plus d’un million de tasses de camomille), il ne faut cependant pas en négliger les vertus phytothérapiques : la camomille matricaire a sensiblement les mêmes propriétés médicinales que la camomille romaine, elle aussi très fréquente en officine.

La légende rapporte d’ailleurs que Ramsès II a été embaumé avec de l’huile essentielle de camomille romaine, alors que pour les Anglo-Saxons la camomille (vraisemblablement la romaine) est considérée comme l’une des sept plantes sacrées. C’est toutefois principalement la camomille matricaire qui a fait l’objet d’études poussées.

Traditionnellement on l’employait en Égypte pour traiter l’insolation et la fièvre. Plus tard on l’a utilisée pour soulager l’insomnie, le mal de dos ainsi que les rhumatismes et l’indigestion.

D’une apaisante douceur

Les parties utilisées sont les fleurs jaunes et blanches, à récolter de préférence lorsqu’elles viennent de s’ouvrir car c’est à ce moment que les principes actifs sont les plus concentrés.

Grâce à sa concentration en mucilages (qui apaisent les irritations des muqueuses gastriques), la camomille est reconnue pour son efficacité contre les troubles digestifs (douleurs abdominales, indigestion, inflammations du tube digestif, gastrites, spasmes, etc.) ainsi que les règles douloureuses.

La douceur de son action permet son utilisation pour les enfants. Ainsi, employée en infusion et associée à d’autres plantes, la camomille a permis de soulager les coliques des premiers mois des nourrissons (en tisane composée de camomille, verveine, réglisse, fenouil et mélisse).

La plante contient un puissant antispasmodique efficace contre les douleurs musculaires et permet de réduire l’irritabilité et l’agitation nerveuse tout en favorisant le sommeil, notamment chez les enfants.

Conserve l’éclat des cheveux

La camomille matricaire est efficace en cas de rhume, de rhinite allergique ou d’asthme. Les inhalations de vapeur de camomille sont reconnues pour soulager les inflammations des muqueuses des voies respiratoires grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antispasmodiques. En usage externe, elle permet de soigner les plaies et de traiter les irritations de la peau en favorisant le renouvellement cellulaire ainsi que pour décongestionner les yeux irrités.

La camomille matricaire permet enfin de maintenir le blond des cheveux ou de leur donner une nuance dorée (100 g de fleurs dans un litre d’eau froide, à amener à ébullition de 2 à 3 minutes avant de laisser infuser 10 minutes. Cette préparation est à utiliser comme eau de rinçage après le shampoing). N’hésitez pas à demander plus de conseils à votre pharmacien. <

Mode d’emploi
- Usage interne Spasmes et inflammation du tube digestif, mauvaise digestion, gastro-entérite, agitation nerveuse, état grippal. Infuser pendant 10 minutes une cuillère à café de capitules floraux dans 150 ml d’eau bouillante, puis filtrer et boire 3 tasses par jour avant les repas.

- Usage externe Inflammation de la peau ou des muqueuses
- Compresse, rince-bouche et gargarisme : infuser de 3 g à 10 g de fleurs séchées par 100 ml d’eau bouillante et laisser refroidir.
- Cataplasme : utiliser une préparation contenant de 3 % à 10 % de fleurs.
- Bains de siège : infuser 5 g de fleurs séchées par litre d’eau bouillante. Inflammation des voies respiratoires Infuser 3 g de fleurs dans 150 ml d’eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. Inhaler les vapeurs lorsque la préparation est encore chaude. Demandez plus de conseils à votre pharmacien.

Philippe Wolff





    Recherche

Informations légales | Référencement | Vocation du site | © Pharmélia 2014 | Nous contacter